chargement...

Résidence Marie Durand


Qui était Marie Durand

Marie DURAND est une personnalité protestante, une héroïne de la foi, bien connue des protestants. Elle était née en 1715. A l’âge de 15 ans, elle avait été emprisonnée dans la sinistre Tour de Constance, à Aigues Mortes pour que cela fasse pression sur son frère, qui était pasteur clandestin. C’était le temps où en France, beaucoup ne supportaient pas qu’il y eût plusieurs façons de croire. Et malgré l’arrestation rapide et l’exécution de son frère, elle n’avait été libérée que 38 ans plus tard !

Marie DURAND était une jeune femme pleine de vitalité, forte personnalité qui eut rapidement un grand rayonnement sur ses compagnes de captivité. Une femme de foi, qui ne cessa pas de placer sa vie devant Dieu, malgré toutes les difficultés qu’elle rencontra. Une femme patiente, extraordinairement tenace, qui ne céda devant aucune pression pour préserver ce qui lui paraissait essentiel, et qui apprit à affronter l’usure des années. Une femme de combat et d’espérance, dont on garde de nombreuses lettres pour défendre la cause des opprimées. Un mot résume le parcours de cette femme, celui qu’on trouve gravé sur la margelle du puits de la Tour de Constance : résister. C’était une époque - comme il y en eut d’autres - où ce verbe s’écrivait en risquant sa vie.


Pourquoi donner son nom à l'EHPAD

Donner son nom à l’EHPAD n’est pas sans nous rappeler la genèse de notre institution et sa raison d’être. La Maison Protestante a en effet été fondée pour éviter que meurent de faim et de froid des vieillards « indigents » de confession protestante, et d’anciens domestiques devenus incapables de subvenir à leurs besoins.

Aujourd’hui, ce marqueur identitaire se veut être un signe d’ouverture pour notre institution. Affirmer notre identité nous permet de mieux servir. L’identité de la Maison Protestante demeure ce qu’elle a toujours été et repose sur des hommes et des femmes de bonne volonté, engagés au nom de leur foi, qui mettent toute leur énergie et leur imagination au service des personnes âgées, vulnérables et qui participent humblement de la solidarité universelle.

Résister : Ce verbe est pour la Maison Protestante le rappel d’un impérieux devoir de mémoire. Il convient de préférer aux conflits l’écoute et l’apaisement. Il s’agit aussi et surtout que notre détermination soit mise au service de ceux qui sont fragilisés.

Résister : Ce verbe ne résonne-t-il pas dans toutes les décisions, dans tous les actes, dans toutes les paroles qui donnent du sens ? Dans toutes les démarches contre ce qui défigure l’humain, le met dans des cases, le considère comme chiffre, ou s’en éloigne parce qu’il en a peur ? Ce verbe ne résonne-t-il pas à chaque fois que quelqu’un ne se regarde plus, et n’est plus regardé comme un « hélas ! », mais comme un « pourquoi pas ? »

Pour la Maison Protestante, cette résistance là est un défi pour chacun et un projet commun formidable.